Grey PRIDE

Grey PRIDE

Visibiliser les seniors

Visibiliser les seniors

 

 

Les premières conclusions d’une enquête sur les LGBT âgés menée à Genève sont inquiétantes.

10 avril 2017 | par 

 

senior
©Jose Luis Pelaez 

Les seniors LGBT sont bien plus touchés par la solitude, l’exclusion et la discrimination que les autres aînés. Le dispositif social et institutionnel à Genève ne prend pas suffisamment en compte les besoins sociaux et de santé spécifiques aux aînés LGBT. Miguel Limpo, en charge de cette pré-enquête lancée par l’association 360 et soutenue par la Ville de Genève constate, étonné: «Quand on pose la question à des établissements médico-sociaux (EMS), à des institutions de soins à domicile ou à des clubs d’aînés, c’est comme si les LGBT n’y avaient jamais existé; ils en ont pour ainsi dire jamais entendu parler!» Pourtant, on estime le nombre de seniors LGBT dans le Canton de Genève à 6000 personnes environ.

CASE PLACARD
Cette possible disparition des statistiques pourrait être liée à une des craintes les plus fréquemment exprimée par les seniors LGBT, celle de devoir à nouveau se cacher: que ce soit dans l’espace fermé que représente un EMS, chez eux dans leur intimité lors de soins à domicile, ou encore dans des activités sociales telles que celle proposées dans les clubs d’aînés. Une peur qui pourrait d’ailleurs être avérée: une étude de 2015 de Pink Cross et LOS montrait que près de 40 % des personnes travaillant avec des personnes âgées n’avaient jamais abordé les questions LGBT dans leurs formations. 

Tout n’est pourtant pas si gris. Les associations se mobilisent. A Zurich le projet d’une maison intergénérationnelle est en train de voir le jour. A Genève, le groupe Tamalou regroupe une soixantaine d’aînés gay et son succès fait figure d’exception. André Lauper se réjouit: «Nous avons jusqu’à une trentaine de participants lors de nos réunions mensuelles. Ils viennent grâce au bouche à oreille. Nous sommes certes une amicale de copains mais nous sommes aussi un groupe d’entraide, nous rendons visite aux membres hospitalisés ou en institution». Les membres de Tamalou ont en moyenne entre 65 et 75 ans.

SEXE ET ÂGISME
Les seniors LGBT souffrent particulièrement de l’âgisme. Le tabou de la sexualité est double. Miguel Limpo explique: «Nos sociétés rejettent toute allusion à la sexualité des aînés. Et ce rejet est encore plus fort quand on parle de personnes âgées lesbiennes, gays ou trans*. Les choses sont en train de changer doucement dans les EMS, c’est maintenant au tour des communautés LGBT de s’ouvrir davantage sur cette question!»



29/04/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 345 autres membres