Grey PRIDE

Grey PRIDE

Réflexions sur le projet de colocation GreyPRIDE

​J'aurai tout quitté quand le projet de vie partagée me projettera dans un avenir fait de mystère. 
J'aurai quitté Odile aux côtés de qui je vis, elle qui est contemporaine de mon autre vie, celle d'avant où l'art, la qualité et l'intelligence étaient un préalable à l'échange, celui qui enrichit, enthousiasme, instruisait.
La découverte est un enrichissement permanent et l'apprentissage un travail incessant. C'était l'univers stimulant dans lequel je vécus vingt six années durant. 
Tout cela a pris fin au décès de Patrick, le seul homme que j'ai aimé d'amour, en deux-mille douze. 
On essore son passé pour mieux s'en débarrasser, ça empêche d'avancer.
Odile donc, que je ne saurais quitter tout-à-fait puisque Angers est à un ongle de Paris.
Angers enfin que je quitte, cette ville de province, sympa, historique, patrimoine, m'as-tu-vu, mais ne mets pas les pieds à Monplaisir, le 93 parisien,
Heureusement, la "Communauté" a ce talent éternel d'animer les patelins.
 
Dans quelques mois l'expérience débutera. Cinq personnes vont partager le même espace dans un appartement de type haussmannien de 170 m2 à Paris.
Ce projet s'inscrit dans la durée, nous vivrons longtemps, le plus longtemps possible ensemble. La tranche d'âge va de 47 à 72 ans.
Nous avons élaboré une charte, document qui envisage le plus de cas possibles en matière d'organisation, de vie commune, de partage de l'espace et de gestion des différends.
Il n'est pas exhaustif mais il servira de référence quoique nous espérions tous avoir la sagesse de ne pas en avoir besoin.
Je vous en ferai la chronique histoire que chacun d'entre nous tous qui nous lisons ait connaissance de ce projet unique élaboré par GreyPride en collaboration avec Basiliade que nous avons sollicitée pour être le bailleur et, en dernière extrémité, le médiateur.
 
C'est une grande première et chacun d'entre-nous, les participants de cette expérience de survie en milieu urbain, avec une génération d'écart entre colocataires, tous pensent comme moi :
 "Wish me luck". Souhaite moi bonne chance.
 
Habib


01/08/2018
33 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 432 autres membres