Grey PRIDE

Grey PRIDE

Les maisons communautaires sont discriminatoires mais nécessaires

 

Depuis le début des années deux mille, les populations vulnérables souhaitent vieillir avec leurs semblables. Leur intégration dans les établissements classiques est souvent difficile. Alors les structures communautaires se présentent comme une solution. 

Claudy Jarry – Fnadepa (D.R.)

Claudy Jarry a 49 ans. Il est ingénieur de formation et directeur régionale adjoint de la Croix-rouge du sud-est. L’entre soi chez les anciens,  est une question familière pour le président de la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et de services pour les personnes âgées

 

Pourquoi les maisons de retraite communautaires se développent-t-elles ?

Tout simplement parce que des personnes en ont besoin. C’est pour cela que des professionnels travaillent autour de la thématique de la vieillesse communautaire. La question se pose par exemple pour les personnes âgées en milieu carcéral car la population de plus de 60 ans représente une part importante des prisonniers. C’est également le cas pour les immigrés, majoritairement maghrébins, arrivés en France dans les années soixante pour travailler, et qui sont maintenant à la retraite. Les séropositifs sont également concernés : avec l’évolution des thérapies, ils vivent plus longtemps et ont besoin de soins particuliers. Le vieillissement communautaire est un véritable enjeu. Ces gens veulent se retrouver entre eux car cela leur offre une forme de protection et d’aide pratique. (... suite dans le lien ci-dessous)

 

Les maisons communautaires un mal nécessaire



08/10/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 342 autres membres