Grey PRIDE

Grey PRIDE

La sexualité des personnes âgées : futur antérieur

 

LE MONDE | 

Par Maïa Mazaurette
aA   Google + Linkedin PinterestAbonnez-vous au
Monde.fr dès 1 €

Papis pervers, veuves joyeuses, vieux dégueulasses, hashtag #mature : le moins qu’on puisse dire, c’est que nous manquons de tendresse envers ceux qui la cherchent après 60 ans.

Comme si leur sexualité (re)devenait un vice. Comme si le jardinage remplaçait logiquement le libertinage. Et comme si nous n’avions comme option que le silence ou la moquerie : ha ha, des membres défaillants, hilarant ! Quoi, mamie couche en institution ? La démence, forcément.

Intéressante hypocrisie, quand on célèbre ces super-seniors capables d’enchaîner quatre marathons tout en passant un doctorat d’astrophysique par correspondance sur leur smartphone. Comment arrivons-nous à nous féliciter de vieillir de plus en plus tard, physiquement, intellectuellement, émotionnellement… mais pas sexuellement ?

Les représentations ont la peau dure, les chiffres sont pourtant clairs : nos aînés profitent de la vie, et pas seulement en préparant des tartes aux pommes. En 2015, les Archives of Sexual Behavior révélaient qu’en Angleterre 54 % des hommes et 31 % des femmes de plus de 70 ans avaient encore une activité sexuelle (sachant que les hommes meurent plus jeunes, laissant leurs épouses seules face au dilemme abstinence ou plantation de concombres).

DE L’INTÉRÊT POUR LA CHOSE

Quelques années plus tôt, une autre étude permettait de se faire une idée plus précise de ce déclin : les trois quarts des 57-65 ans étaient sexuellement actifs, mais 53 % des 65-75 ans, et 26 % des 75-85 ans. Et attention, on ne parle pas de rapports exceptionnels ! Les hommes actifs de plus de 75 ans connaissaient encore deux à trois galipettes par semaine. Une fréquence que bien des jeunes leur envieraient !

Du côté de la satisfaction, rangeons tout de suite notre misérabilisme. Selon l’université de Duke, 20 % des plus de 65 ans ont une sexualité plus épanouissante que jamais auparavant.

La recette de la longévité du plaisir ne surprendra personne : un(e) chouette partenaire, une activité régulière, de l’intérêt pour la chose, une bonne hygiène de vie. Ce dernier point est crucial. Les personnes en mauvaise santé sont, de très loin, celles qui souffrent le plus d’un déclin sexuel (exemple parmi d’autres : 81 % des malades se désolent d’orgasmes amoindris, mais seulement 54 % des bien portants).

Cette réjouissante longévité des libidos concerne aussi les célibataires ou les veufs. Selon le Centre universitaire de promotion de la santé sexuelle de l’Indiana, 46 % des hommes de plus de 70 ans se masturbent, et 33 % des femmes. Lesquelles trouvent, à 62 %, que leur sexualité de senior est aussi satisfaisante ou même plus satisfaisante que la sexualité de leurs 40 ans.

LE REGARD DES AUTRES ET DE SOI SUR SON CORPS

Pas d’angélisme pour autant, bien sûr. L’excitation et la jouissance sont plus longues à se manifester. Aux problèmes de santé s’ajoutent potentiellement la fatigue, les risques cardiaques, la démence ou les douleurs.

Il est quatre fois plus courant d’avoir des dysfonctions érectiles à 60 ans qu’à 40 (14 % des plus de 75 ans ont recours à une médication spécifique). Le volume éjaculatoire se réduit. Côté femmes, la ménopause entraîne une sécheresse vaginale et, souvent, un déclin de la libido. Mais sans fatalité aucune.

Les pires ennemis d’une sexualité longue durée ne sont d’ailleurs pas les limitations physiques, mais le regard des autres et de soi sur son corps. Au-delà de cette question d’estime (qui touche aussi les jeunes), on facilite le maintient de sa libido en bougeant, en renonçant à l’obsession de la performance, mais aussi en contrôlant sa médication (si vous constatez une baisse de désir, parlez-en à votre médecin – inutile d’ajouter des problèmes sexuels à des problèmes de santé).

Le jeu en vaut la chandelle puisque la sexualité, y compris en institution, favorise les relations sociales, satisfait les besoins émotionnels et physiques, et reconnecte avec l’intimité (nos grands-parents sont multitâches, ils peuvent chouchouter leur potager ET leur jardin secret).

OÙ SONT PASSÉES NOTRE BIENVEILLANCE, NOTRE TOLÉRANCE ?

Tout cela est formidable, mais nous expose à un paradoxe : si la sexualité des personnes âgées existe, qu’elle est satisfaisante et qu’elle accompagne un bon vieillissement, pourquoi refusons-nous d’en parler ? Nos plaisanteries blessantes, notre invisibilisation des enjeux, notre agressivité déclarée, sont autant de balles tirées dans notre pied futur. Où sont passées notre bienveillance, notre tolérance ?

Une première explication consiste à accuser la tradition judéo-chrétienne, autant dire, la tarte à la crème contemporaine de toute réflexion sur le corps. Parce que la sexualité postménopause échappe à la reproduction, elle devient douteuse, selon la fameuse règle qui veut qu’une activité plaisante ne puisse absolument jamais êtrepratiquée pour le plaisir – la nourriture, certes, mais pour se nourrir, la promenade, certes, mais pour s’entretenir.

On y accolera le tabou de l’inceste : quand on substitue dans le langage courant « un papi » à « un sexagénaire », non seulement on réduit la personne à sa fonction générationnelle, mais on fait de toute personne âgée notre ancêtre personnel (c’est gentil, mais il faudrait alors leur apporter un poulet rôti le dimanche). Personne ne veut savoir comment ses parents couchent : par rebond, comment ses grands-parents couchent.

Deuxième explication : nous persistons à systématiquement associer jeunesse et désirabilité. Cette logique est assommante, profondément incrustée, mais pas insurmontable (une culture, ça se transforme – la culture, c’est nous).

LA SEXUALITÉ, UN DÉSORDRE DE JEUNESSE

Troisième explication : nous sommes attachés à une idée ésotérique et idéalisée du vieillissement, qui ferait de la retraite une notion applicable à tous les domaines.

On attend des personnes âgées une forme de renoncement aux plaisirs terrestres, via une sagesse qui les placerait magiquement hors d’atteinte des émotions fortes. Or si l’on pousse cette dernière explication dans ses retranchements, il est très possible que notre agressivité envers la sexualité des seniors révèle paradoxalement notre aspiration à l’abstinence.

Je m’explique : si nous voulons croire que les anciens ne couchent pas, c’est parce que nous aimerions être libérés du sexe. Car si les vieux sont sages et qu’ils renoncent à la sexualité, c’est bien qu’on considère cette dernière comme irrationnelle – un désordre de jeunesse.

Faute de pouvoir contrôler nos désirs, titillés constamment, harcelés par l’ubiquité sexuelle, nous espérons que nos pulsions disparaîtront d’elles-mêmes. Quand nous dénions aux personnes âgées le droit à la luxure, c’est notre sérénité future que nous tentons maladroitement d’assurer. Sur le dos des autres. Et nous nous trompons de cible.

Si la sexualité nous opprime tant qu’il faudrait s’en débarrasser, si notre apparence nous préoccupe au point que nous n’envisageons pas rester désirables après 22 ans, c’est au présent que le problème existe – pas au futur. Et si nous étions sages, nous reconnaîtrions dans notre discours sur la sexualité des seniors rien de moins que nos insécurités actuelles : à régler maintenant, pas dans trente ans.

Par Maïa Mazaurette

 

 



29/01/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 345 autres membres