Grey PRIDE

Grey PRIDE

Evolution des lois bioéthiques : où sont les forces progressistes ?

Depuis le Mariage pour Tous, tous les sujets bioéthiques restent le lieu de mobilisation des minorités conservatrices.

pics banane.jpg

 

 

 

«Le Mariage pour Tous« a été à l’origine de la mobilisation des intégristes religieux de tout poil : «La Manif pour Tous»

Depuis, ces groupes revendiquant un conservatisme sur tous les sujets de société, se sont structurés en groupes de pression qui se mobilisent dans les lieux de réflexion sur l’évolution des lois concernant la procréation, la fin de vie, la génétique...

Il n’est pas étonnant que les associations LGBT aient été les opposants naturels des mouvements conservateurs concernant l’ouverte du mariage aux couples de même sexe.

Par contre, il est plus étrange de voir la difficulté de la société civile à se mobiliser pour faire valoir son opinion sur l’évolution des lois bioéthiques, laissant toute latitude à des groupes minoritaires d’occuper le champs de la consultation publique.

Si l’on considère les lois concernant la procréation, ces dispositions sont loin de ne concerner que les personnes LGBT. Pourtant, le face à face entre asso LGBT et groupes issus de la Manif pour Tous continue. Une parole politique forte d’autres groupes est étrangement inaudible : les femmes célibataires, les partisans de la GPA...

Concernant la fin de vie, les consultations publiques faites par le Comité Consultatif National Ethique sont systématiquement sous la pression d’opposants qui apparaissent comme des personnes isolées mais qui sont en fait des émissaires de ces même associations qui ne veulent pas de l’euthanasie légale. Sujet dont ne se sont pas saisies les associations LGBT, à part l’association GreyPRIDE qui a été auditionnée sur ce sujet.

Cette approche masquée des militants intégristes, pour influencer les participants à ces réunions publiques se traduit aussi par l’absence, dans leur argumentaire, de toute référence religieuse... d’où la difficulté de comprendre l’origine des positions prises par chaque camp. Pire les mêmes mots sont utilisé pour défendre des positions opposées : défense des plus vulnérables, dignité des personnes...

Ainsi, ces troupes conservatrices n’ont, pour l’instant, face à elles que peu d’opposants organisés. Les associations LGBT ne seront pas présentes sur le champ de tous les autres sujets bioéthique, il faudra donc que la parole de la société civile progressiste se fasse entendre et se constitue en groupe de pression pour faire valoir ses arguments.

Même si les sondages annoncent que 95% de la population française est favorable à l’euthanasie, le risque politique de faire voter une loi en ce sens ne sera sans doute pas pris par Emmanuel Macron, par crainte de réactiver une minorité agissante comme pour «le mariage gay». On ne peut pas allumer des feux partout !

Souvenons-nous que les choix de société concernant la bioéthique sont éminemment politiques et font l’objet d’une lutte d’influence sans merci.

Alors, mobilisons-nous !

 

Francis Carrier



02/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 432 autres membres