Grey PRIDE

Grey PRIDE

Les sempiternelles questions et remarques que l'on m'oppose à vieillirLGBT...

Gay&Grey : Pour lutter contre l'isolement et bien-vivre après la cinquantaine

 

A 50 ans, je ne suis pas vieux ! Pourquoi Gay&Grey parle de la cinquantaine ?

A la cinquantaine on est près de l'âge de la retraite. Pour certains, qui ont eu des parcours professionnels chaotiques c'est peut-être le moment de prendre une retraite anticipée... Se pose alors le lieu de la retraite et l'évaluation des revenus pendant cette période. Certains ont la tentation de partir vivre à la campagne ou revenir dans la petite ville où ils ont grandi... Mais attention, les choix que vous ferez ne seront peut-être plus réversibles. Que se passera-t-il si votre conjoint vient à disparaître et que vous êtes dans un lieu où vous ne connaissez personne, sans la possibilité de revenir vivre à Paris ou la grande ville que vous avez quittée. Si vous êtes séropo, quelle proximité avec un hôpital pour pouvoir assurer votre suivi ...  Et si on on est obligé de changer d'habitat, pourquoi ne pas organiser un projet de vie à plusieurs ? Mais ce projet ne pourra pas aboutir en quelques mois... Voilà pourquoi réfléchir à la cinquantaine a son importance, et je vous rassure la vieillesse n'est pas contagieuse ! Le danger c'est de se mettre la tête dans le sable et d'être obligé de prendre la solution qui se présentera mais qui ne sera pas celle de votre choix !

 

Les problèmes liés au vieillissement ne sont-ils pas les mêmes pour tout le monde ? Quelles spécificités pour les LGBT ?

En partie c'est vrai, mais seulement en partie. Beaucoup de problèmes liés au vieillissement sont identiques pour tout le monde à deux points près :

- la population LGBT est plus isolée pour des raisons liées à des ruptures familiales, professionnelles et une vie en famille moins courante que pour les hétéros. De plus l'absence de solidarité dans la communauté LGBT fait que beaucoup de personnes agé(e)s se sentent rejetés et s'isolent des relations qu'ils pouvaient avoir auparavant dans les associations ou les lieux de convivialité (bars, restaurants...).

- l'absence de visibilité des personnes âgées LGBT se traduit par une négation progressive de leur histoire, de leur vie affective. Il est en effet très difficile de continuer à faire son coming-out lorsque on est dans une maison de retraite. A la question : "Et votre mari qu'est-ce qu'il faisait ?", beaucoup de lesbiennes resteront évasives on inventeront des faux-fuyant  et idem pour les gays ! 

 

Moi je suis jeune, vieillirLGBT, ça ne me concerne pas (encore) !

Nous grandissons en nous appuyant sur des modèles que les médias, la vie quotidienne nous propose. Ainsi, tant que les homos ne pouvaient pas se marier, l'idée de former un couple et adopter un enfant pour former une famille "classique" ne faisait pas partie de l'imaginaire constitutif des jeunes LGBT de ma génération. De même, le fait de ne pas voir des lesbiennes, gay, trans agé(e)s, en couples ou célibataires donne à croire que notre communauté n'existe que si l'on a moins de 40 ans ! Voir des LGBT de plus de 60 ans s'embrasser, vivre en couple, avoir une vie active et revendiquée comme LGBT permet de se projeter dans un avenir auquel tout le monde sera un jour confronté. D'autre part, le modèle du corps parfait de moins de 25 ans, est un modèle excluant pour tout le monde. Alors, regardez les vieux de votre communauté avec tendresse, en imaginant comment vous même souhaiteriez être, bien plus tard ! Echangeons, créons des solidarités inter-générationnelles : nous pouvons tous apporter quelque chose aux autres !

 

Les maisons de retraite pour LGBT, c'est un ghetto ! 

La grande question du communautarisme, assassin  de l'unité républicaine ! 

Déjà je dirai que les lieux pour personnes âgées qui se regroupent par affinités existent depuis longtemps : lieux de retraites confessionnels (chrétiens, juifs, boudhistes...), lieux par affinités professionnelles (les cheminots, les mineurs, les artistes...), les lieux basés sur des affinités culturelles (foyers ADOMA, pour les anciens maghrébins, les héspérides, pour la bourgeoisie aisée)... et j'en oublie ! Tous ces lieux n'ont pas mis en péril il me semble l'unité républicaine.

D'autre part, créer un lieu avec des personnes qui se cooptent est le contraire d'un ghetto. Si je choisis les personnes avec je veux vieillir c'est pour retrouver une histoire commune et des affinités fortes liées à mon parcours.

Enfin, aujourd'hui quelle est la règle ? La plupart des LGBT âgé(e)s disparaissent progressivement dans une population hétéro, naturellement majoritaire. Cette disparition s'accompagne d'un renoncement à son histoire, son affectivité et bien sûr sa sexualité ! Les maisons de retraite son majoritairement des lieux dans lesquelles les personnes n'ont pas choisi d'être et dans lesquelles on ne va pas refaire son coming-out!

 

Ou j'irai quand je serai âgé(e) ? On verra bien, j'ai le temps d'y réfléchir !

C'est la position majoritaire ! La stratégie de la tête dans le sac ! Qui conduit immanquablement à la même situation, vous laissez les décisions concernant votre avenir à d'autres personnes : votre famille, votre médecin, votre assistante sociale, votre tuteur ... 

Si l'on n'organise pas sa façon de vieillir, avec qui, dans quelle structure, les événements décideront pour vous et les choix se feront dans l'urgence. Construire un projet de vie avec d'autres personnes, trouver un lieu qui corresponde ne se fait pas en quelques mois, il faut que le projet murisse, que l'on apprenne à connaître les personnes avec qui l'on souhaite faire ce projet, que l'on trouve les ressources...

 

Enfin, je le redis, penser à sa vieillesse ne fait pas mourir plus vite et vieillir n'est pas une maladie contagieuse.

La référence permanente à la jeunesse comme un état de perfection perdu est un obstacle à sa propre vie ; vivons avec notre âge, accompagnons les ans et adaptons nos vies selon le temps qui passe. Il y a toujours de nouvelles choses à apprendre, il y a toujours des choses et des gens à aimer quelque soit notre âge ! La vieillesse n'est pas un naufrage !

 

 



19/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 335 autres membres